La maladie de Parkinson
rechercher Maisons de retraite, Ehpad

Maisons de retraite
La Maladie de Parkinson

En France, la maladie de Parkinson représente la seconde affection neuro-dégénérative après la maladie d'Alzheimer, avec environ 100.000 personnes atteintes et 10 à 15.000 nouveaux cas annuels. Elle touche environ 1,5 % de la population âgée de plus de 65 ans.

La maladie de Parkinson est une pathologie neurologique dite dégénérative, affectant principalement le contrôle des mouvements. Les neurones dopaminergiques sont touchés. Situés dans une petite zone de la base du cerveau, ils sont responsables de la production d'un neurotransmetteur appelé dopamine.

La disparition progressive des neurones dopaminergiques au cours de la maladie entraîne une baisse de la production de dopamine. Indispensable au contrôle des mouvements, sa diminution provoque des troubles de la mobilité caractéristiques de la maladie de Parkinson.

Cette affection chronique évolue lentement et silencieusement : elle se développe entre 5 à 10 ans avant l'apparition des premiers symptômes. Son évolution est variable et propre à chaque patient.

Cette pathologie ne bénéficie actuellement d'aucun traitement curatif : elle ne se guérit pas, mais une prise en charge médicale adaptée permet de limiter ses effets.

Les symptômes de la maldie de Parkinson :

• la lenteur du mouvement (bradykinésie)

• un tremblement au repos de la main et/ou du pied unilatéral

• la raideur (hypertonie)

La maladie de Parkinson n'entraîne pas, ou très rarement, de détérioration des fonctions intellectuelles. En revanche, de nombreux autres symptômes, en particulier moteurs, peuvent s'ajouter aux trois troubles principaux décrits ci-dessus : crampes, fourmillements, constipation, chutes de tension, sueurs et salivations abondantes, , irritabilité, humeur dépressive…

Chaque patient est donc particulier dans les signes qu'il présente.

L'origine de cette maladie est généralement inconnue. La recherche avance progressivement pour mieux comprendre les causes de cette affection. Certaines prédispositions génétiques et facteurs environnementaux interviendraient dans la survenue de la maladie de Parkinson.

L'évolution de la maladie

La maladie de Parkinson évolue en plusieurs phases :

• l'apparition des symptômes et l'annonce du diagnostic. Il s'agit en général d'une période difficile pour le patient et sa famille ;

• la rémission thérapeutique. Elle se manifeste par un mieux-être au début du traitement médicamenteux ;

• les complications motrices. Elles sont dues au traitement médicamenteux ;

• la phase d'envahissement de la maladie, au cours de laquelle les symptômes s'aggravent et le patient perd en autonomie.

L'accompagnement des patients

Le médecin traitant et le neurologue sont systématiquement impliqués dans la prise en charge des personnes atteintes de maladie de Parkinson

D'autres professionnels de santé sont également sollicités pour accompagner les personnes souffrant d'une maladie de Parkinson :

• le kinésithérapeute. La kinésithérapie est utilisée à tous les stades de la maladie. Elle aide à contrôler le mouvement, à lutter contre les douleurs, à entretenir le tonus musculaire et à maintenir la souplesse articulaire ;

• l'orthophoniste. Il apprend au malade à contrôler certains symptômes qui peuvent se manifester au cours de la maladie : troubles de la déglutition, difficultés d'élocution, problèmes d'écriture ;

• l'ergothérapeute. Il favorise le maintien de l'autonomie de la personne malade par la réadaptation de son environnement (aides techniques, aménagement de l'habitat…).

Quand l'accueil en Ehpad devient nécessaire

Après avoir mené une vie quasiment normale grâce aux médicaments, le malade ressentira une aggravation de symptômes, conduisant à une dépendance de plus en plus marquée. le maintien à domicile s'avèrera souvent risqué, les structures d'accueil de type Ehpad peuvent adapter le suivi médical et les soins nécessaires à l'accueil de résidents atteints de Parkinson en mettant en place un projet de vie personnalisé pour chaque malade avec un personnel soignant qui aura reçu une formation spécifique.

La prise des médicaments à heures fixes est primordiale pour garantir l'efficacité optimale du traitement.

La grande majorité des pensionnaires souffrant de Parkinson sont très entravés dans les gestes de la vie quotidienne. Le malade devra donc bénéficier d'une aide partielle ou totale à la toilette, l'habillage et pour les repas.

La prise en charge comprendra également l'intervention de professionnels paramédicaux comme un orthophoniste, un ergothérapeute et un kinésithérapeute. On relève par ailleurs que l'usage de la balnéothérapie dans certaines maisons de retraite participe grandement au bien-être du patient atteint de Parkinson.

Publicité